L’intelligence artificielle

L’Intelligence Artificielle (IA)

L’intelligence artificielle est un sujet qui provoque de nombreux débats alors que son concept n’est pas toujours bien maîtrisé. C’est un sujet fascinant qui a beaucoup inspiré le domaine de l’art comme la littérature ou le cinéma qui en ont fait une technologie qui fascine autant qu’elle effraie.

Mais, l’IA, c’est quoi en fait ?

L’intelligence (faculté de connaître, de comprendre pour s’adapter facilement) Artificielle (produit de l’activité humaine), c’est un ensemble de théories et de techniques mises en œuvre en vue de réaliser des machines capables de simuler l’intelligence. Voyez le paradoxe. Peut-on réellement parler d’intelligence lorsque celle-ci n’est que simulée ? Voilà pourquoi nous vous proposons cet article, pour remettre en question le concept d’IA.

Pourquoi on s’intéresse à l’IA ?

Vous connaissez enigma ? Enigma est la machine à chiffrement la plus redoutée de la Seconde Guerre mondiale. Sa méthode de chiffrement (un petit rappel ne fait pas de mal) était connue de tous, pourtant, le nombre de combinaisons qu’il fallait effectuer pour décrypter le message était immense. En conséquence, il était impossible de décrypter le message voulu dans les temps pour un être humain. Les progrès en cryptanalyse pour décrypter ses messages ont amené à la création du premier ordinateur de l’histoire qui arrivait à décrypter les messages en un temps record en essayant toutes les combinaisons possibles de chiffrement.

C’est un exemple de la grande valeur ajoutée des machines. Cependant, ce qui a été mobilisé ici, c’est la capacité de la machine à effectuer un grand nombre de tâches en un temps limité, mais, en aucun cas sa capacité à être intelligente, car il ne faut pas particulièrement l’être pour essayer des combinaisons de chiffrement. Maintenant, imaginez cette capacité de traitement au service d’une intelligence égale à l’intelligence humaine. Malheureusement, c’est là qu’apparaît la limite…

Un doux rêve confronté à la réalité

Comme on l’a dit, l’IA n’est que simuler, donc une machine, aussi développée qu’elle puisse être, n’est pas dotée d’intelligence comme l’homme peut l’être. Elle ne possède pas notre capacité d’adaptation, notre capacité à prendre des risques et de comprendre ce qui nous entoure. Pourtant, les fantasmes ne manquent pas autour de l’IA. Nous pensons qu’un jour elle sera aussi intelligente que l’homme, qu’elle prendra le contrôle et que Will SMITH viendra pour tous nous sauver.

Mais TWIST, l’IA n’existe pas et n’existera pas si on continue à la développer selon les méthodes actuellement utilisées. Nos méthodes actuelles ne consistent qu’à simuler un raisonnement qui n’est en fait qu’algorithmique. Certaines IA sont extrêmement bien préparées donc vous pouvez parfois avoir l’impression qu’elles sont réellement douées d’intelligence, mais non.

Le problème, c’est qu’une machine, c’est très très bête… Il faut bien comprendre qu’une machine n’est qu’un outil qui va vous aider à faire mieux, ce que vous faisiez déjà. Un marteau par exemple vous aide à enfoncer un clou, mais temps que vous n’êtes pas derrière pour frapper, le clou ne va pas bouger.

Pour les machines, il faut adopter le même raisonnement. La machine ne sert qu’à vous accompagner dans les actions que vous effectuez. Elle vous permet de gagner du temps, mais vous pourrez quand même vous débrouiller sans elle. Cependant, le contraire n’est pas vrai, une machine a besoin de vous et c’est justement sur ce point qu’on essaie de progresser pour arriver à la création d’une intelligence artificielle qui jouerait plus le rôle de partenaire que d’outil.

Apprendre =/= Comprendre

Apprendre à une machine intelligente consisterait à adopter le même processus d’apprentissage que pour un enfant. Pour qu’un enfant apprenne à reconnaître une chaise, on lui montre une chaise, puis il arrivera (en principe) à reconnaître toutes les chaises (que cela soit en photo ou en dessin) car il en aura compris le principe. C’est d’ailleurs parce qu’il va plus s’attacher au principe qu’il se trompera et confondra une chaise avec un tabouret ou un transat par exemple.

Pour une machine, on ne cherche pas à lui faire comprendre le concept de chaise, mais à apprendre tous les éléments qui peuvent constituer une chaise. Pour cela, on lui montre un grand nombre de chaises pour que la machine identifie tous les éléments qui reviennent souvent et qu’elle créée un modèle.

Plus vous lui montrer d’exemple, et plus la machine sera performante et c’est là tout l’enjeu de l’IA de nos jours : la donnée. La donnée, c’est un exemple, et l’exemple, c’est une potentielle réponse à donner pour une machine. Donc, plus on en a, plus l’IA est performante.

Où on en est chez Vigicorp ?

L’IA en matière de développement, c’est le must du must. En termes de technologie pure, mais aussi surtout par passion. Chez Vigicorp, nous travaillons sur une IA capable, à partir d’un simple scan, de reconnaître et extraire tous les éléments textuels d’une facture. Un outil qui a pour vocation de faciliter la saisie de données pour la branche comptable. C’est un projet ambitieux, car l’outil est censé s’adapter à n’importe quelle structure de facture.

Cet article est le premier d’une longue série dans laquelle on vous expliquera les différents moyens de créer une « intelligence artificielle » et notamment celui que nous utilisons pour le développement de notre outil de « Reconnaissance Optique de Caractères » « Optical Character Recognition » (OCR).

 

 

 

Vigiboy