Le « Green code », coder de façon plus responsable

Ce n’est plus à démontrer, le numérique est une source de pollution mondiale.

Ce secteur représenterait 2,5% de l’empreinte carbone en France, selon une étude conjointe de l’ADEME et l’ARCEP.

3 sources principales de pollution se démarquent dans l’industrie du numérique :

  • Les équipements
  • Les infrastructures réseau
  • Les data centers

Pour faciliter votre visualisation voici un exemple, 1h d’échange d’e-mail équivaut à 3 500 allers-retours Paris / New-York en avion.

 

C’est quoi le « green code » ?

Le « green code » ou aussi appelé « code responsable », appartient à un mouvement plus large appelé l’informatique écologique (ou « green IT »).

Celui-ci regroupe toutes les technologies de l’information et de la communication qui participe à atteindre les objectifs du développement durable. Ici sont pris en compte les impacts environnementaux, sociaux et économiques des activités.

Le code responsable, définit le fait de concentrer son code sur l’essentiel, en diminuant les ressources utilisées et en se débarrassant de ce que l’on appelle le « gras numérique », c’est-à-dire, toutes les fonctionnalités inutiles au bon fonctionnement du site.

L’objectif est de diminuer le plus possible la pollution qu’engendre votre site Web et mobile.

 

Pourquoi se tourner vers un code plus responsable ?

Pour préserver notre planète, mais aussi nos ressources.

Les principales problématiques mises en avant sont :

  • La consommation excessive de l’espace ou des ressources du disque dur par les logiciels.
  • Les logiciels contiennent beaucoup de fonctionnalités inutiles et non essentielles.

 

Face à cela il peut donc être judicieux de se poser les bonnes questions avant de coder son site internet. Les fonctionnalités choisies sont-elles toutes nécessaires et essentielles ? Mon choix ergonomique inclut-il la population dans son entièreté ?

Contrairement au code « classique », le code responsable se concentre sur l’essentiel. De ce fait, on obtient un site moins lourd, donc plus rapide et moins énergivore en ressources et en énergie. Que du positif pour le développement durable et notre porte-monnaie !

En se focalisant sur les fonctionnalités nécessaires et utiles, le site internet devient accessible par le plus grand nombre et sa portée s’améliore.

Toutefois, cette démarche demande un effort supplémentaire au développeur qui doit faire des choix judicieux pour optimiser le code.

On note également que l’UI (User Interface) sera impactée. Une interface épurée, simple, sans chichi sera privilégiée.

 

Quelques étapes à mettre en place pour coder responsable

Afin de mettre en place un code plus responsable dans votre entreprise, vous pouvez suivre quelques étapes.

  • Assurez-vous que votre site est accessible et fonctionne pour tout le monde : effectuez des tests et véririfcations. 
  • Contrôlez votre consommation : vous pouvez le faire en mesurant la consommation d’énergie de votre site et en optant pour un hébergeur et un serveur plus responsables et/ou locales.
  • Soyez vigilants sur les formats utilisés : certains formats sont plus lourds et plus énergivores que d’autres. C’est le cas de la vidéo ou des carrousels par exemple.
  • Analysez votre code existant pour le rendre moins énergivore : vous pouvez pour cela diminuer le nombre de requêtes http et utiliser davantage les effets CSS simples plutôt que les effets Javascript.
  • Chargez uniquement les ressources dont vous avez besoin : évitez la lecture automatique des vidéos à l’ouverture d’une page ou de votre site.

 

Chez Vigicorp on s’intéresse aussi à la pratique du code responsable

Nos développeurs sont sensibilisés à la pratique d’un code plus responsable et plus respectueux.

On peut retenir de cette pratique plusieurs points clés :

  • Être vigilant sur les formats utilisés : utiliser des formats adéquats pour conserver une qualité et une taille optimisées.
  • Tester fréquemment la performance de son site internet, afin de pouvoir le mettre à niveau quand cela est nécessaire.
  • Optimiser ses bases de données pour diminuer le nombre de requêtes et réduire la consommation d’énergie liée.
  • Se tourner vers des alternatives plus « vertes » : chez Vigicorp vos données sont hébergées sur des serveurs qui proposent des offres « vertes ».
  • Éduquer et sensibiliser fréquemment ses collaborateurs.
Vigicorp